Une spécificité française : les grandes entreprises

31/08/2015

 

Elles sont aujourd’hui près de 214 (0,2% des entreprises françaises) et pourtant elles ont un poids considérable. La plupart de ces groupes (1) sont très connus et font partie de notre quotidien (Carrefour (leader français de la grande distribution avec 84 milliards d’euros de chiffre d’affaires), Sanofi (pharmaceutique, 34 milliards € de CA)), alors comment comprendre cette spécificité de l’économie française ?

 

 

Elles dominent tous les aspects

 

Avec  3,8 millions d’employés, elles représentent 30% des salariés français. Elles créent 1/3 de la valeur ajoutée et réalisent la grande majorité des investissements (75% des investissements sont réalisés par 1% des entreprises).

 

Souvent cotées en bourse, elles doivent faire face aux exigences des actionnaires et ainsi présenter une bonne santé financière. Elles affichent en moyenne une productivité supérieure de 21% au reste des entreprises françaises.

 

 

Elles sont le moteur de l’économie française

 

Elles continuent d’investir massivement en France (accroissement de 8% des investissements en 2015). Leur taille comme la présence sur les marchés boursiers leur confèrent d’importantes ressources financières, une étude montre ainsi que 95% des entreprises de plus de 250 salariés investissent contre 31% du reste des entreprises.

Ces entreprises représentent aussi la France à l’étranger puisqu’elles y réalisent la moitié de leur chiffre d’affaires (52%). Elles exportent peu mais vendent énormément via leurs filiales à l’étranger.

 

 

Quelques pistes d’explications

 

Comparé aux autres économies, le système français est unique. Il semble être une preuve de l’incapacité des PME (2) françaises à devenir des ETI (les seuils sociaux à 30, 50 salariés dissuadent de nombreuses PME d’embaucher). Donner une telle importance aux grandes entreprises semble donc se faire au détriment des PME.

 

 

Est-ce un avantage ou un inconvénient ?

 

Les grandes entreprises ne semblent plus être un moteur de la création d’emplois en France, se concentrant sur l’international (graphique ci-dessous). Cette même internationalisation les rend plus vulnérables aux aléas des économies émergentes (risque de change, risque politique, etc…).

 

Note :

(1)Grandes entreprises : employant plus de 5000 salariés, réalisant plus de 1,5 milliards de CA et disposant d’au moins 2 milliards d’actifs (INSEE)

Source : Investir, n°2171, 14 Août 2015

(2)PME : moins de 250 salariés et CA (Chiffre d’affaires) inférieur à 50 millions d’euros

 

Source: Investir, n°2171, 14 Août 2015

Please reload

Posts récents

Please reload

EGD Finance

150, Rue N-Louis VAUQUELIN Bât B

31100 TOULOUSE

Tel: 05.61.23.35.13 /Fax: 05.61.23.26.93

 

  • Icône de l'application Facebook
  • Twitter App Icône
  • LinkedIn Social Icon
  • Viadeo-icon.png

© 2015 EGD Finance