« Oui aux SCPI mais dans une assurance vie ! » Marc Florentino

03/03/2016

 

Depuis 2012, les ménages se ruent sur l’immobilier, valeur refuge depuis des siècles, et plus encore aujourd’hui avec la loi Alur de Cécile Duflot , mais aussi la réduction d’imposition proposée par un investissement en Pinel.

Les SCPI, sociétés civiles de placement immobilier permettent d’investir dans la pierre tout en laissant derrière nous les problèmes de gestion. L’avantage premier est de diminuer le risque locatif. Celles-ci peuvent être investies sur différents secteurs : les bureaux, les murs de commerces, les cliniques, les établissements spécialisés dans la dépendance, la santé, les écoles…

Les SCPI n’échappent malheureusement pas à la lourde fiscalité de l’immobilier. Les loyers perçus supportent les prélèvements sociaux (15.5%), la tranche marginale de l’impôt sur le revenu, et éventuellement la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus. Ce qui revient à une taxation potentielle de presque 62% sans compter la taxation des plus-values en cas de revente !

Leur rendement moyen est de 4.8%.

Le problème avec celle-ci est le manque de liquidité. Que fait-on si nous avons un besoin immédiat et que le marché immobilier est en baisse ?

La solution se trouve encore et toujours dans l’assurance vie, placement préféré des français qui offre aujourd’hui une fiscalité plus qu’avantageuse, en évitant notamment la fiscalité sur les revenus fonciers et sur les plus-values immobilières. L’assurance vie offre une alliance entre rendement et sécurité tout en préservant la liquidité des parts qui seront détenues dans le contrat.

En logeant des SCPI au cœur de votre assurance vie, les loyers servis par les SCPI ne supportent aucune fiscalité en l’absence de rachat partiel. Dans ce cas, seule la part d’intérêts contenue dans le rachat supporte les prélèvements sociaux et la fiscalité privilégiée de l’assurance vie qui au bout de 8 ans atteint 7.5% après les abattements annuels en vigueur. La plus-value réalisée à la suite d’une cession de parts n’est pas taxée en l’absence de rachat partiel, vous pouvez donc arbitrer votre SCPI sur d’autres supports du contrat.

Enfin, les parts de SCPI détenues dans le contrat d’assurance vie n’entrent pas dans la masse successorale du défunt !

 

Exemple avec des revenus imposés à 30%.

 

 

 

Source : Investir / Challenge

 

Please reload

Posts récents

Please reload

EGD Finance

150, Rue N-Louis VAUQUELIN Bât B

31100 TOULOUSE

Tel: 05.61.23.35.13 /Fax: 05.61.23.26.93

 

  • Icône de l'application Facebook
  • Twitter App Icône
  • LinkedIn Social Icon
  • Viadeo-icon.png

© 2015 EGD Finance