Assurance vie : préférez les retraits réguliers à la rente viagère

23/08/2017

L’âge de la retraite approchant, vous vous demandez comment faire pour améliorer votre pension afin de pleinement profiter de vos vieux jours. Pourquoi ne pas utiliser

 

constituée sur votre contrat d’assurance vie ? Deux solutions sont alors possibles : effectuer des retraits réguliers ou transformer le contrat en rente viagère.

 

Si vous choisissez la rente viagère cela veut dire que la compagnie d’assurance vous versera jusqu’à votre décès une rente quelque soit l’âge auquel ce dernier survient. Cependant, cela veut dire que vous n’avez plus accès au capital présent sur le contrat d’assurance vie. De plus, vous ne pouvez pas transmettre une partie du contrat à vos proches.

 

Afin de limiter le risque financier lé à un décès précoce, il est possible d’ajouter des options de sécurisation comme la réversion au conjoint. Dans ce cas la rente continue jusqu’au deuxième décès. Il faut savoir que plus l’option choisit sécurise la durée de la rente moins celle-ci est élevée. Si vous n’avez pas de conjoint, privilégiez la mise en place d’annuités garanties qui sont très peu coûteuse.

 

A contrario les retraits réguliers vous laissent libre de la jouissance de votre capital. Ainsi vous pouvez faire vivre son  allocation financière entre le fons euros sécurisé et les unités de compte potentiellement plus rémunératrice. Lors de votre décès, vous pouvez transmettre ces fonds à vos proches. Cependant, le plus gros risque est de voir le capital ne pas suffire pour compléter vos revenus dans le cas d’un décès tardif.   

Afin d’y voir plus clair voici un exemple : Jean a 65 ans, il est marié et dispose d’un contrat d’assurance vie de 200 000€.

 

D’un côté, l’assureur Aviva a calculé le montant de la rente viagère de Jean qui serait de 7 280€ (avec un taux technique de 0.25%). Toutefois, à partir d’un contrat d’assurance vie, les rentes viagères sont imposées selon l’âge du crédirentier au moment de la conversion du capital. Ainsi à 65 ans, Jean verra  40 % des arrérages subir l’impôt.  Ayant besoin de revenus complémentaires, nous supposons que sa tranche marginale d’imposition est de 14 % uniquement, à laquelle il faudra ajouter les prélèvements sociaux de 15,5 %. Le montant net de la rente que perçoit Jean est alors de 6 421€ par an.

 

De l’autre, si Jean choisit la mise en place de retraits réguliers à partir du même contrat d’assurance vie. Admettons que ce contrat a été ouvert en 2006, qu’il est composé de 20% d’intérêts et qu’il progresse de 2% par an. Pour plus de facilité dans le calcul, le contrat est investi intégralement sur le fonds en euros, les prélèvements sociaux sont alors retenus tous les ans. Le contrat ayant plus de huit ans et Jean étant soumis à une imposition commune, il bénéficie de l’abattement annuel sur les gains de 9 200 euros*. Enfin, nous choisissons le même montant que celui de la rente viagère soit 6421€ annuel net. 

*Si Jean avait été seul le montant s’élevait à 4 600€.

 

Pour que les deux solutions soient équivalentes, il faudrait qu’à partir de retraits nets d’un montant annuel de 6 421 euros, le contrat soit épuisé au bout de 19 ans, quand Jean aura 84 ans. Selon nos simulations, le solde du contrat sera encore très positif de 137 151 euros.

 

Mais il faut en fait le double soit 44 ans pour que le contrat soit épuisé. La solution des retraits annuels apparaît donc comme la plus avantageuse. Toutefois une personne seule qui veut éviter de manquer en fin de vie pourra envisager la mise en place d’une rente viagère qui lui confère une meilleure tranquillité pour ses vieux jours.   

 

Source : Le revenu

Please reload

Posts récents

Please reload

EGD Finance

150, Rue N-Louis VAUQUELIN Bât B

31100 TOULOUSE

Tel: 05.61.23.35.13 /Fax: 05.61.23.26.93

 

  • Icône de l'application Facebook
  • Twitter App Icône
  • LinkedIn Social Icon
  • Viadeo-icon.png

© 2015 EGD Finance