Les géants du CAC 40 ont publié des résultats rassurants au premier semestre.

05/08/2019

L'indice phare de la Bourse de Paris n'a pas été durablement soutenu par les résultats des entreprises. Les résultats semestriels des poids lourds de la cote ont dans l'ensemble surpris positivement, mais les attentes des analystes avaient été considérablement revues à la baisse ces derniers mois.

 

 

Avec dix-sept publications semestrielles, la semaine dernière a été chargée en résultats pour les géants du CAC 40. Mais, contrairement à fin juillet, ces points d'étape à mi-année n'ont eu qu'une influence limitée sur les cours de Bourse. Il faut dire qu'entre la Fed, qui a déçu par sa modération, et Donald Trump, qui a relancé la guerre commerciale, les investisseurs avaient d'autres sujets de préoccupation. Malgré les bonnes surprises sur le front des entreprises, l'indice parisien a ainsi cédé 4,5% en cinq séances.

 

L'ambiance a radicalement changé par rapport à la semaine précédente. Le 25 juillet dernier, plusieurs bonnes nouvelles, notamment du côté d’Orange, de Schneider Electric et de Danone avaient propulsé le CAC 40 au-dessus de 5.670 points en séance. Un niveau qui n'avait plus été atteint depuis 2007 !

 

Des bonnes surprises mais de faibles attentes.

 

Pour les trente-cinq sociétés du CAC ayant publié leurs résultats ces dernières semaines, le bilan de la saison est à première vue plutôt satisfaisant, relèvent les analystes. « Les anticipations de résultats avaient été assez radicalement révisées à la baisse et elles étaient sans doute un peu trop pessimistes. De ce fait, on a assisté à pas mal de bonnes surprises », commente Matthias Desmarais, chez Oddo BHF. Sur le STOXX 600 par exemple, il y a trois mois les analystes s'attendaient à 7,5% de hausse des résultats annuels et ils tablent désormais sur 3,5% de progression.

 

 

La tendance est similaire sur le CAC 40. « Le discours des entreprises est très prudent et la tendance est clairement à la dégradation des anticipations de résultats », indique Pierre-Yves Gauthier chez AlphaValue. Le bureau d'analyse indépendant attendait 111,7 milliards d'euros de profits cumulés en 2019 pour les stars du CAC il y a six mois. Il n'en attend plus que 107,4 milliards - ce qui représenterait tout de même une hausse des profits de plus de 4,5% par rapport à 2018.

 

Ralentissement de la croissance.

 

Le ralentissement de la croissance commence à avoir des répercussions dans certains secteurs. « Il y avait déjà des signaux inquiétants sur l'automobile et les semi-conducteurs. Schneider Electric et Legrand ont publié de bons résultats mais le secteur des biens d'équipement doit être surveillé car les carnets de commandes ont tendance à se détériorer », poursuit Matthias Desmarais. Parmi les constructeurs, Peugeot a favorablement surpris en dégageant des marges records. Parmi les cycliques, ArcelorMittal, numéro un mondial de l'acier, a publié une perte nette de 30 millions d'euros au premier semestre.

 

Luxe et aérien.

 

En dépit de la déception sur Kering, liée au ralentissement de la croissance de Gucci, le luxe continue de mener la danse. « C'est ce secteur, et notamment LVMH, qui tire l'indice parisien, mais les attentes et les bases de comparaison sont désormais très élevées », prévient Pierre-Yves Gauthier. Parmi les autres publications particulièrement positives, Airbus a quadruplé son bénéfice net au deuxième trimestre et, grâce à Universal Music, Vivendi a plus que triplé le sien au premier semestre.

 

 

 

(Source : Les Echos)

 

 

 

 

 

Please reload

Posts récents

Please reload

EGD Finance

150, Rue N-Louis VAUQUELIN Bât B

31100 TOULOUSE

Tel: 05.61.23.35.13 /Fax: 05.61.23.26.93

 

  • Icône de l'application Facebook
  • Twitter App Icône
  • LinkedIn Social Icon
  • Viadeo-icon.png

© 2015 EGD Finance